Historique et objectifs du Groupe Archéologique de Carpentras et sa Région

Créé le 24 juin 1983 sous l'impulsion de Maurice Paccard et de Pierre Fayot, le groupe archéologique de Carpentras et de sa région "a pour objet, sur le territoire de l'arrondissement de Carpentras, et plus spécifiquement sur celui de l'ancien Comtat Venaissin, de pratiquer l'archéologie toutes époques confondues, préhistorique ou historique, de la faire mieux connaître, de s'assurer de la préservation et de la conservation des monuments et vestiges existants ou à découvrir."

Nous avons donc 4 fonctions fondamentales : pratiquer, connaître, faire connaître et préserver.

A/ Pratiquer

Pour que vive l'Archéologie, il faut associer la connaissance et la pratique qui, à chaque occasion, nous apportent à tous des moments de plaisir.

Depuis de nombreuses années le GACR a acquis une pratique non négligeable notamment dans les divers domaines de la fouille (fouille programmée, fouille de sauvetage, sondage d'évaluation, etc.). Ces fouilles ont toujours été conduites dans le cadre d'autorisations délivrées par le Service Régional d'Archéologie. Ces fouilles qui nécessitent une certaine disponibilité doivent se poursuivre : le GACR doit continuer à être un réservoir de main d'œuvre de passionné(e)s.

La mise en place de prospections de surface, qui doivent également être conduites dans le cadre d'autorisations délivrées par le Service Régional d'Archéologie, est réalisée depuis de nombreuses années. La découverte de nouveaux sites et la surveillance de sites déjà connus, qui représentent les deux aspects poursuivis au travers de la prospection de surface, constituent l'une de nos actions prioritaires. Toute pratique doit être réalisée conformément à la législation et en ayant une confiance réciproque et totale au sein de l'équipe. L'engagement dans notre groupe doit correspondre à un engagement de bonne conduite, à savoir, par exemple : ne pas retourner collecter sur un site dont nous n'avons ni la responsabilité, ni la conservation du matériel à fin d'étude.

B/ Connaître

Il n'est pas de vraie recherche sans un minimum de connaissances. L'acquisition de cette connaissance passe par divers moyens : l'échange entre nous, adhérents du groupe archéologique : cet échange peut se faire au travers de la constitution de groupes de travail axés sur diverses périodes :

  • Préhistoire ancienne (paléolithique, mésolithique).
  • Préhistoire récente (néolithique, chalcolithique, âge du bronze).
  • Période gallo romaine avec âge du fer.
  • Moyen âge.
  • Histoire récente.

L'encadrement de nos activités par des intervenants du Service d'Archéologie du département de Vaucluse, de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (Service Régional de l'Archéologie), du C.N.R.S, de l'INRAP et des bénévoles reconnus pour leur compétence.

La mise à jour de notre bibliothèque par l'acquisition d'ouvrages fondamentaux.

C/ Faire connaître

Il est important de faire connaître nos activités. Pour cela nous ouvrons nos conférences à un public large en allant au devant de lui non seulement à Carpentras mais dans les villages proches et cela avec une programmation de qualité et accessible (voir programme). Nous développons également des contacts avec d'autres groupes intéressés par l'archéologie et organisons conjointement des manifestations, échangeons nos informations et les transmettons à nos adhérents respectifs.

Nous publions régulièrement dans notre bulletin toutes les découvertes significatives réalisées en collaboration avec les équipes de notre groupe.

Enfin nous œuvrons activement pour que l'Archéologie Comtadine ait une part significative dans le nouveau musée de Carpentras.

D/ Préserver

Nos ancêtres nous ont laissé de nombreuses traces de leur passage au pied du Mont Ventoux. Notre devoir de groupe archéologique est d'assurer la conservation de ces traces. La première façon d'assurer cette pérennité est d'inventorier l'ensemble des découvertes que nous réalisons. Cela doit se faire au moyen des fiches d'inventaire qui nous sont confiées par la DRAC, complétées d'extraits de la carte IGN au 25000ème et d'un extrait cadastral. Si nous ne réalisons pas chacun ces fiches, nos découvertes disparaîtront définitivement avec nous.

La destination des collections que nous détenons doit être définie : nous devons avoir pour les chercheurs actuels et futurs une "traçabilité" maximum de nos collections : où est telle collection ? Quel est son contenu ? Quel est son lieu de découverte ? Où doit-elle aller après la disparition de son inventeur ? Avec l'ensemble des éléments recueillis, nous pouvons mettre à jour la carte archéologique et être à même de réaliser à terme un inventaire de l'arrondissement de Carpentras et si celui-ci est suffisamment riche pourquoi ne pas envisager la création d'un poste d'archéologue pour l'arrondissement ou la communauté d'agglomérations ?